L’histoire de la raçe du Dogue Allemand

« Le Dogue Allemand, dans son ensemble plein de noblesse réunit fierté, puissance et élégance à un corps robuste et bien construit. Par sa substance alliée à la noblesse, l’harmonie des formes, les proportions de la silhouette de même que par sa tête particulièrement expressive, il fait à l’observateur l’effet d’une noble statue. Le Dogue Allemand est l’Apollon de l’espèce canine. » C’est comme ça que la FCI présente le Dogue Allemand .

 

Un peu d’histoire :

 

Imaginez une énorme bête de mauvaise humeur, dotée de défenses acérées, pesant au moins 100kg : je vous présente le sanglier européen. Ces animaux ont se brisé dans des forêts, mettent en danger la population et décimant l’agriculture. Au Moyen Âge, les aristocrates ont considéré comme un sport la chasse de ces animaux.

Accompagnant les chasseurs à cheval, il y a eu des meutes de chiens géants d’une grande agilité, courage, force et persévérance. Ces chiens ont souvent été échangés entre des domaines princiers en Angleterre, Allemagne, Danemark et ailleurs, et il est admis que ces chiens de chasse médiévaux sont les ancêtres du dogue allemand d’aujourd’hui.

Medieval chasse

Au 16ème siècle, les cours royales du Danemark ont introduit la nouvelle méthode de chasse « Par force » - une chasse artificielle où les chiens devaient chasser la proie et le maintenir jusqu'à ce que le chasseur arrive pour la touer. Les grands chiens n’ont été pas équipés pour jouer ce rôle : Ils ont été trop légers pour retenir la proie. Pour résoudre ce problème, le roi Frédérik II de Denmark (régent 1559-1588) a importé des chiots anglaises, offertes par la reine Elizabeth I, qui ont été le plus puissants des mastiffs anglais et qui, une fois mélangés avec ses chiens, est devenu le fondement du Dogue Allemand actuel.

Les plus grands et les meilleurs parmi ces chiens ont portés des beaux colliers et ont été connus comme Kammerhunde (chiens de chambre), car ils ont habité dans les chambres avec la noblesse. Dans l’Antiquité, on trouve des chiens d’apparence semblable dans les œuvres d’art. Les plus anciennes sont des gravures de tombes égyptiennes datant d’environ cinq mille ans, de chiens remarquablement semblables au dogue allemand.

Egyptian tombs

D’après les peintures et les tapisseries de l'époque, ces chiens du moyen âge n’ont été pas tous du même type. Tous ont été des géants, et leurs couleurs couvraient toute la gamme de ce qui apparaît dans les Dogues modernes. Personne ne sait quelles races ont été mélangées pour les produire, mais on suppose que le lévrier irlandais, les «Mastins», les «Alaunts» (race non précisée répandue en Europe par la population nomade orientale des Alani. La race a disparu au XVIIe siècle après dispenser son patrimoine génétique au sein de différentes races), le Mastiff tibétain et les anciens « chien de batailles» assyriennes ont contribués. Le robe arlequin est probablement un don du lévrier égyptien, disparu depuis longtemps.

Assyrian dogs

Le développement du Dogue Allemand moderne a commencé vers le milieu du 19ème siècle, avec l’avènement de concours canins compétitifs. Un standard préliminaire pour la race a été élaboré en Allemagne en 1800 et sa popularité pouvait être influencée dans ce pays par le fait que le chancelier, le prince Otto von Bismarck a été un grand amateur et possédait plusieurs Dogues. Plus tard au cours du siècle, le Dogue a été adopté comme «chien national» allemand et ses différents noms ont été écartés au profit de Deutsche Doggen (Dogue allemand). Étrangement, en France, on utilise le nom de Dogue Allemand et le nom français Grand Danois n’est utilisé qu’en Scandinavie et au Québec. L’Italie appelle la race Alano (un héritage de l’Alaunt?).

Le Deutsche Doggen-Club allemand en 1888 a établi le standard de la race.

bismarck dogs

 

Apparence générale :

 

Le Dogue Allemand est la race de l’équilibre : sa masse et sa puissance, doivent être en harmonie avec son élégance, pour ne ressembler pas ni lourd comme un mâtin, ni léger comme un lévrier.

C’est vital que la tête soit longue et étroite, avec le stop prononcé. Le crâne doit être plat, avec lignes parallèles. Le museau, plein et carré. Différemment du Mâtin, que a une tête courte et trapue, stop peu prononcé et crâne ronde. Chez le Dogue, il faut que la longueur du crâne soit égale à celle du chanfrein (de la pointe du nez au point entre les yeux). L’expression est très importante : on rencontre souvent les chiens à tête correcte mais avec « quelque chose » que manque. Autre point très importante est le dimorphisme sexuel : les femelles sont plus délicates et féminines et les mâles, distinctement masculines.

Des lèvres fuyantes ou trop abondantes , molles ou décollées sont considérés des défauts.

Les yeux devront être moyennes, ronds, aussi foncés que possible, avec une expression vive et intelligente. Les yeux bleus chez les arlequins sont tolérés. Des yeux trop ouvertes ou tombés, avec une paupière inferieur relâché est aussi un défaut.

La trouffe doit être proportionnée avec le largueur du chanfrein, noire pour toutes les variétés de robe. Un certain degré de dépigmentation (trouffe rose) est accepté chez les arlequins.

La denture correcte pour le dogue est la denture articulée en ciseaux.

Le standard de la race requiert des oreilles naturellement tombantes, de taille moyen, attachées haut, ni décollées ni plaquées contre les joues. Couper les oreilles est interdit par la loi suisse et chez la majorité des payses d’Europe.

Le concept « fit for function » (du anglais, approprié pour sa fonction) est vital : le Dogue n’est pas seulement une belle statue ! il faut être capable de courir, sauter et jouer. Son corps doit être le plus carré possible avec une ligne dorsale presque droite, sans interruptions brusques et la queue a une longueur moyenne, sans dépasser le jarret.

Le cou doit être long, sec, musclé, ni court ni épais. De son attache bien développée, il s’affine légèrement jusqu’à la tête, confèrent élégance au dogue allemand.

Les épaules et jambes doivent être bien musclés et avoir des bonnes angulations pour garantir un mouvement libre et la poitrine, développée, mais comme tout dans la race, sans exagération. Il faut avoir des jambes longues et fortes, pieds bien arrondis et doigts courts.

Le poil du Dogue est court, serré et luisant et des couleurs fauve, bringé, noir, arlequin (blanc pur avec des taches noires irrégulières) ou bleu. La variété merle (le fond gris avec taches noires) sont acceptés, mais pas désirés. Petites taches blanches dans toutes les variétés sont acceptées mais pas désirées et les ongles doivent être noires.

Le standard de la race définit une hauteur au garrot minimale de 80cm pour les males et 72cm pour les femelles.

 

Comportement et Caractère:

 

Le standard de la FCI décrire parfaitement le caractère du Dogue : très affectueux, amicale et fidèle, attaché à sa famille. Il n’est pas un chien de chenil, mais un parfait « chien de salon » : il aimé la compagnie de sa famille et est capable de passer des heures à côté de son humain, toujours attendant un câlin.

Tandis que les autres races seront occupées à renifler ailleurs, le Dogue ne sera pas difficile à trouver : il est toujours à vos côtés. Il est grand et fort, mais aussi très sensible.

Il peut être réservé vis-à-vis des étrangers. C’est une race très sympathique, mas sobre et distant avec des inconnus. Il rencontre généralement de nouvelles personnes avec une tranquille confiance en soi, pas tout à fait suspicieux, mais réservé.

L’agressivité est rare chez le dogue (il faut toujours chercher des éleveurs préoccupés avec le bon caractère de ses lignes de sang et pas seulement avec l’apparence!) et est considéré un default très grave, même excluant par le standard.

C’est un chien de famille sûr de lui, sans peur, facile à éduquer, docile avec un seuil élevé de réaction et sans agressivité.

Vie en famille :

 

Quand on a vécu un Dogue Allemand, c’est presque impossible changer de race ! Ces ’t l’avis que j’entends des gens que vient de perdre son compagnon après des années d’amour et complicité.

On a tendance à croire que ces énormes chiens ont besoin de beaucoup d’espace pour se sentir à l’aise. Mais en fait, le Dogue Allemand se plait énormément à l’intérieur. Il est bien adaptable, capable de rester tranquille pendant des heures avec des propriétaires plus calmes, mais aussi être prêt pour les grandes balades et aventures avec les familles plus dynamiques

Comme toutes les chiens, les Dogues demandent supervision quand en présence des enfants, mais malgré sa taille, il est délicat et patient. Le même en présence des personnes âgées : il faut avoir prudence par rapport aux mouvements inattendues chez un chien d’une telle taille.

 

Éducation :

 

Il faut prendre du temps pour éduquer un Dogue et qui doit se passer tout en douceur. L’éducation et socialisation sont essentiels à tous les chiens, mais par rapport à sa taille géante et de son poids à l’âge adulte qui peuvent rendre sa maîtrise très compliquée, c’est vital que le Dogue soit correctement éduqué dès son plus jeune âge. Une mauvaise éducation se paye très cher avec un chien de tel format. 

Parfois, l’éducation n’est pas évidant car c’est un chien de chasse, assez têtu et qui reste un éternel adolescent dans sa tête (un Dogue est considéré un vrai adulte seulement vers 3 ans). Si votre rêve est devenir un vrai champion en Agility ou Hoppers, le Dogue n’est pas pour vous : par rapport à sa taille et poids, ils ne vont jamais avoir une super performance comme un border collie ou berger australien !

 

Besoins de la race :

 

C’est important garder dans la tête que le Dogue Allemand est un chien cher : des frais vétérinaires, de médication et d’alimentation son ainsi grandes que le chien !

Il faut être particulièrement vigilant au cours de la première année de vie du chiot, pendant laquelle sa croissance est très rapide : les exercices physiques intenses (escaliers, grands balades, jeux brusques…) sont à éviter tant que sa croissance n’est pas achevée et une alimentation saine et pas trop riche en protéines, conseillé par l’éleveur (et vétérinaire !) est primordiale pour lui éviter des troubles osseux.

Il faut garantir un lit bien épais pour éviter l’apparition des callosités, principalement dans les zones sur lesquelles le chien a l’habitude de s’appuyer

 

Santé :

 

Une autre fois, la choix d’éleveur est vitale : des élevages responsables font des contrôles de santé rigoureux, comme dysplasie des coudre et hanches, problèmes cardiaques et génétiques, avant planifier une portée et éviter problèmes de santé futurs.

« Trois ans un jeune chien. Trois ans un bon chien. Trois ans un chien âgée. Le reste est une bénisse de Dieu » : c’est une expression utilisée pour décrire le Bouvier Bernois qu’est applicable aussi au Dogue. Vers six ans, le dogue commence à présenter les signes de vieillesse. Le Dogue, malheureusement, a une vie plus brève que celle des chiens d’autres races, comme toutes les races géantes. Mais les joies et les satisfactions qu’il vous apportera compenseront largement des désagréments dus à son vieillissement.

Une autre fois, le choix d’un éleveur préoccupé avec la longévité de ses lignes peut faire une énorme différence.

 

Un mot sur la torcion gastrique:

 

Même si depuis des années, je n’ai jamais eu un cas de torsion gastrique parmi mes chiens, c’est impossible parler de la santé du Dogue Allemand et ignorer Le syndrome dilatation-torsion de l’estomac. Le SDTE est une urgence vétérinaire absolue, potentiellement fatale, qui doit être prise en charge le plus vite possible !

Cette affection, fréquemment rencontrée chez les chiens de grande race et/ou à thorax profond (Dogue Allemand, Berger Allemand, Saint-Bernard, boxer, entre autres), commence par une dilatation de l’estomac par du liquide, des aliments ou de l’air. Par la suite, l’estomac tourne sur lui-même et ne peut alors plus se vidanger. Le chien va commencer par présenter des efforts de vomissement. La dilatation et la torsion de l’estomac peuvent nuire à l’apport sanguin à la paroi de l’estomac et une nécrose peut se développer. Une dilatation importante de l’estomac peut empêcher le retour sanguin de l’abdomen vers le cœur et causer un état de choc.

Les principaux symptômes sont des efforts infructueux pour vomir, le chien tourne en rond avec nervosité et ne se couche pas, une salivation importante (mousse blanche), halètement, respiration difficile, ventre gonflé et une dégradation de l’état général du chien qui montre des signes de douleur.

Pour éviter la torsion gastrique, il faut : donner les repas en gamelle surélevé pour diminuer l’ingestion de l’air ; fractionner les repas en évitant les grands volumes ou la prise de grand volume d’eau ; éviter le stress; éviter que le chien mange trop vite ; éviter des activités physiques intenses 2 heures avant et après le repas.

Si vous observez ces symptômes chez votre chien, n’hésitez pas : il faut partir au véto tout suite !

En résumé, le dogue est un chien imposant, statuesque, possédant d’un cœur compatible à sa taille géante. Je souhaite que ce texte ait vous donné l’envie de meilleur connaître l’apollon des chiens et peut-être, partager votre vie avec ces géants gentils. Mais il faut faire attention : il y a un énorme potentiel d’addiction dès le moment que vous avez contact proche avec la race !